SOUTENIR UN MALI POUR L'AVENIR.

Statistiques et facteurs contributifs

 
 

Les familles rurales dans les environs de Bamako, la capitale malienne, ont du mal à envoyer leurs enfants à l'école, en raison des coûts éducatifs, du besoin de main-d'œuvre pour s'occuper des fermes familiales ou de revenus familiaux, du manque d'accès aux écoles ou de recruteurs d'organisations terroristes ou trafiquants d'êtres humains.

Éducation

  • Avec un enfant sur trois qui n'est toujours pas scolarisé, les progrès vers l'éducation primaire universelle sont au point mort.
  • Parmi ceux qui peuvent aller à l'école, la plupart le font alors qu'ils souffrent de malnutrition et seront probablement incapables de terminer leurs études secondaires.

La pauvreté

  • Près de la moitié de la population malienne vit avec moins d'un dollar par jour.
  • Des taux de natalité élevés, des taux de pauvreté élevés et des possibilités d'éducation limitées contribuent directement à éloigner les enfants de l'école et à rendre les familles plus vulnérables aux maladies, au crime et à l'exploitation.

Rôles de genre:

  • Les rôles de genre peuvent signifier que les jeunes filles sont retirées de l'école pour aller chercher de l'eau ou prendre soin de leurs frères et soeurs.
  • Le Mali a l'un des taux de mariage des enfants les plus élevés du monde - la plupart des femmes deviennent des enfants mariées avant la fin du secondaire.
 

50,4%

DE LA POPULATION VIES EN DESSOUS DE LA LIGNE DE PAUVRETÉ. C'EST 1,25 $ par jour.

55%

DES FEMMES SONT DES BRIDES D'ENFANT AVANT 18.

 

23%

DES FEMMES LE RENDENT À L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE.

50,000

LES FEMMES AU MALI VIVENT AVEC LE VIH.